le Jurançon blanc


- Identification/Origine : est originaire très certainement du Sud-ouest. A noter qu'il est totalement inconnu dans le vignoble pyrénéen où l'on produit le célèbre Jurançon. Bien que proche, il ne s'agit pas de la forme blanche du jurançon noir. Pratiquement plus multiplié et peu présent au vignoble il est en voie de disparition, inscrit toutefois au Catalogue officiel des variétés de vigne de raisins de cuve liste A1.
Des analyses génétiques publiées ont permis de découvrir qu'il est parent avec un ou plusieurs cépages dont le
gouais blanc et pour plus de précisions cliquez ici !

- Synonymie : quillat ou quillard, dame blanche, secal, secan, vadret
(pour toute la synonymie des cépages, cliquez ici !).

Passez sur le bourgeonnement et sur la feuille pour découvrir d'autres images.
Photographies prises au Conservatoire des cépages installé à Tranzault (Indre) pour les feuilles et la grappe placée à gauche et au
Conservatoire des cépages du V’innopôle sud-ouest à Peyrole (Tarn) pour les autres clichés.


- Description : grappes petites, coniques, plus ou moins courtes et compactes, quelquefois ailées, pédoncules courts et forts; baies moyennes, globuleuses, peau un peu épaisse passant du vert pâle au jaune doré à pleine maturité, chair molle juteuse à saveur simple assez relevée, pédicelles assez longs et forts.

- Aptitudes de production : débourrement moyen. Maturité 3ème époque hâtive.
Cépage assez rustique, à port érigé, à vigueur modérée, à tailler court pour éviter de l'épuiser rapidement. Il est sensible à l'oïdium, très sensible au mildiou et à la pourriture grise.

- Type de vin/Arômes : on peut encore trouver le Jurançon blanc dans la production du Cognac et de l'Armagnac. Donne un vin neutre, peu alcoolique et acide. Distillé, on obtient une eau de vie un peu sèche, au bouquet peu marqué et peu persistant.

précédente

pour imprimer cette fiche, cliquez ici !
suivante

© une reproduction, même partielle, est soumise à autorisation
140114