la Madeleine angevine


- Identification/Origine : issue d'un semis réalisé en 1857 à Angers (Maine et Loire) par Jean-Pierre Vibert et à partir de 1863 commercialisée par la Maison Moreau-Robert.
D'après des analyses génétiques, cette variété est le résultat d'un croisement entre la
madeleine royale et le blanc d'ambre. Elle a été très souvent utilisée par les hybrideurs, la perle de Csaba en est un bel exemple. On rencontre cette variété aux Etats unis (Washington), en Allemagne et en Angleterre où elle est vinifiée et son vin apprécié.

- Synonymie : angevine
(pour toute la synonymie des cépages, cliquez ici !).

Clichés réalisés dans le Conservatoire des cépages du V’innopôle sud-ouest à Peyrole (Tarn).

- Description : grappes petites à moyennes, courtes, plus ou moins lâches, ailées, pédoncules longs de moyenne force de couleur rouge; baies moyennes, sphériques ou légèrement ovoïdes, peau d'épaisseur moyenne assez résistante blanc vert passant au jaune vert voire jaune doré à pleine maturité, pulpe molle fondante pourvue d'un jus sucré agréablement relevé, pédicelles longs et grêles.

- Aptitudes de production : débourrement précoce, à noter que ses fleurs sont femelles d'où l'intérêt de planter tout à côté une autre variété pollinisatrice. Moyennement vigoureux et bon producteur. Port demi-érigé, il faut lui réserver un espace suffisant, à tailler mi-long ou long de préférence. Résiste assez bien aux froids de l'hiver, sensible à la coulure, au millerandage, un peu moins sensible à l'oïdium, au mildiou et à la pourriture grise.
Les feuilles craignent le vent violent et certaines années les baies peuvent être sérieusement attaquées par les guêpes. Maturité hâtive,
10 à 15 jours avant le chasselas.

- Raisin de table/Vin/Arômes : en Angleterre, la Madeleine angevine donne un vin de couleur jaune vert présentant très souvent une bonne acidité à saveur herbacée avec quelquefois au début un léger goût terreux disparaissant par la suite. Arômes de fleurs, noix, poire mûre, ... .

précédente

pour imprimer cette fiche, cliquez ici !
suivante

© une reproduction, même partielle, est soumise à autorisation
210613