site internet www.lescepages.fr

la Madeleine royale


- Identification/Origine : variété obtenue en 1845 par la Maison Moreau-Robert en croisant le frankenthal noir par le pinot blanc. Depuis fort longtemps, elle n'est plus multipliée ce qui fait qu'aujourd'hui elle est en nette voie de disparition, inscrite cependant au Catalogue officiel des variétés de vigne de raisins de table liste A1.

- Synonymie : madeleine impériale, plant du caporal
(toute la synonymie des cépages, cliquez ici !).

Passez sur le bourgeonnement, la feuille et sur la grappe placée à droite pour découvrir d'autres images.
Photographies prises au Conservatoire des cépages à Tranzault (Indre) et au
Conservatoire des cépages du V’innopôle sud-ouest à Peyrole (Tarn).


- Description : grappes moyennes ou sur-moyennes, coniques, ailées, plutôt courtes, plus ou moins compactes, pédoncules de moyenne longueur forts avec une partie lignifiée; baies moyennes, de forme sphérique ou elliptique courte, peau un peu mince délicate sujette à se fendre peu transparente d'abord d'un vert blanchâtre passant ensuite au jaune, pulpe molle fondante juteuse sucrée et souvent relevée d'une légère saveur musquée, pédicelles assez longs un peu grêles.

- Aptitudes de production : débourrement précoce comme le
chasselas.
Moyennement vigoureuse et assez fertile. Port mi-érigé, peut être conduite en taille courte. Sensible au mildiou, à l'oïdium ainsi qu'aux gelées d'hiver et très sensible à la pourriture grise.
Pour leur mise en marché, les grappes ont souvent besoin d'un ciselage soigné. Maturité 2ème époque hâtive.

- Raisin de table : la Madeleine royale n'a pas une bonne aptitude à la conservation. D'autre part, elle supporte mal le transport car ses baies se détachent facilement et de ce fait, il faut la récolter avant complète maturité ce qui est indéniablement un inconvénient et explique peut-être sa complète disparition.

précédente

pour imprimer cette fiche, cliquez ici !
suivante

© une reproduction, même partielle, est soumise à autorisation
151114