le Chatus


- Identification/Origine : sur le plan purement onomastique, on peut noter que la commune de Verclause (Drôme) a un lieu-dit du nom de Chatus sans que nous soyons sûrs qu'il s'agisse de l'origine. Avant la crise phylloxérique, ce cépage était cultivé "en grand" dans la région d'Aubenas (Ardèche) ainsi que dans le nord de la Drôme, au sud et à l'est des vignobles de l'Ermitage. A cette même époque, il était également connu dans le nord-ouest de l'Isère (canton d'Heyrieux), en Savoie et dans le canton de Givors (Rhône). Dans la région de Beauséjour (Drôme), il était cultivé en mélange avec des cépages renommés comme, entre autres, la mondeuse noire et la douce noire. Le Chatus est inscrit au Catalogue officiel des variétés de vigne de raisins de cuve liste A1 - pour le moment ne fait partie d'aucun encépagement servant à produire des vins classés en appellation d'origine contrôlée -.

- Synonymie : chatelus, houron à Saint Péray, charos dans l'Ardèche, corbel dans la Drôme, corbesse dans l'Isère, vert chenu ou vert chanu, gros chanu ou gros chenu, persagne-gamay, provareau ou prouverau, siramuse ou syram(h)use, negro en Italie, dans ce pays il porterait le nom de nebbiolo di Dronero (pour toute la synonymie des cépages, cliquez ici !).


Passez sur le bourgeonnement ou sur la feuille pour découvrir d'autres images.
Photographies prises au
Domaine du GRANGEON à Rosières-07260.

- Description : grappes sur-moyennes, coniques, ailées, compactes, pédoncules longs ou assez longs avec une grande partie lignifiée; baies moyennes, sphériques, peau un peu mince et peu résistante d'un beau noir bleuté (existe en gris mais très rare), chair juteuse molle à saveur simple et astringente, pédicelles moyens passant au rouge lors de la maturité à chaude exposition.
A l'automne, le feuillage rougit quasiment en totalité.

- Aptitudes de production : débourrement moyen, une semaine environ après le
chasselas.
Port érigé, vigoureux et assez bon producteur. Les bourgeons de la base de ses sarments ne sont pas ou peu fructifères. Délicat, son premier défaut serait sa tendance à s'épuiser surtout si sa production est importante les premières années de sa mise en place et de ce fait, il faudra éviter de le planter dans des sols pauvres. Il est sensible aux gelées d'hiver, au mildiou, à l'oïdium, à l'érinose, au grillage, à la brunissure d'où l'importance de surveiller son alimentation en potasse et en magnésie. Résiste plus ou moins bien à la pourriture grise.
Maturité 2ème époque, trois semaines environ après le
chasselas. Il faudra très souvent vérifier sa maturité qui peut suivant les années évoluer très rapidement. Lorsqu'il produit peu, son degré alcoolique peut être très élevé lié bien souvent à une acidité faible.

- Clone agréé : un seul pour le moment, le 1046 plus ou moins sensible à la pourriture grise. D'autres clones sont en cours d'expérimentation dont le 116 très certainement intéressant. Autres cépages et autres clones agréés, cliquez ici !

- Type de vin : donne un vin riche en couleur, tannique, quelque peu acide, solide, dur, âpre, s'améliorant en vieillissant. Au début d'une couleur violacée, il évolue avec le temps vers un rouge sombre, avec une robe soutenue et une grande brillance. Toute son ampleur se découvre entre 5 et 10 ans, l'idéal est d'ouvrir la bouteille un minimum de 5 heures avant de le boire.
Dans l'Ardèche, il est associé à la
syrah et permet de produire des vins d'excellente qualité à garder également quelques années.
Arômes de café, cannelle, eau de vie de prune, figue sèche, fruits confits, grenade presque mûre, griotte, mûre, nèfle, pâte de coing, poivre blanc, pruneau, réglisse, tabac, vanille, ... .

précédente

pour imprimer cette fiche, cliquez ici !
suivante

© une reproduction, même partielle, est soumise à autorisation
161213