la Sultana moscata



la Sultana moscata

- Identification/Origine : italienne, croisement entre le muscat d'Alexandrie et la sultanine réalisé en 1913 par Alberto Pirovano.
Même s'il est en nette voie de disparition, on peut encore rencontrer ce cépage au Maroc, en Tunisie, à Chypre, en Italie ... en France il est pratiquement inconnu.

- Synonymie : sultana moschata,
75 Pirovano, I.P. 75 au Maroc, sultanine musquée, apyrena (la synonymie des cépages, cliquez ici !).

- Description : grappes moyennes à grandes, cylindro-coniques, plus ou moins lâches; baies grosses, ellipsoïdes, peau peu pruinée de cou-leur vert jaunâtre à blanc jaunâtre, chair croquante à saveur herbacée

peu ou pas musquée et présence quelquefois de petits pépins mal formés.

- Aptitudes de production : débourrement moyen. Maturité 2ème époque.
Affectionnant tout particulièrement les situations sèches et chaudes, la Sultana moscata craint la pluie et plus généralement une humidité excessive ou prolongée. Sa résistance aux froids de l'hiver est donnée comme moyenne. Vigoureuse, peu fertile - à tailler long de préférence - avec en plus et suivant les années un risque de coulure et donc la présence quelquefois dans les grappes de petits grains verts. Sensible au mildiou, un peu moins à l'oïdium et à la pourriture grise.

- Raisin de table : les raisins se conservent mal sur souches. Les quelques essais de vinification n'ont jamais été très convaincants d'autant que, malgré son nom, l'élément muscat n'était pas toujours au "rendez-vous".

précédente

pour imprimer cette fiche, cliquez ici !
suivante

© une reproduction, même partielle, est soumise à autorisation
220314